Pollution de l’air et trafic dans l’agglomération Strasbourgeoise

La lutte contre la pollution de l’air est un enjeu majeur dans l’agglomération strasbourgeoise. La réduction du trafic routier se révèle pratiquement comme la seule action efficace pour réduire le niveau de pollution de l’air notamment pendant les pointes de pollution. L’A35 apparaît comme  la source la plus importante de pollution de l’air. 

Pourquoi l’action sur la pollution de l’air du trafic routier est déterminante ?

Le Plan de Protection de l’Atmosphère

La mauvaise dispersion de la pollution de l’air caractérise l’agglomération de Strasbourg ainsi que tout le Rhin Supérieur : peu de vent, peu de pluie. Et des émissions importantes : une forte densité de population et d’activités économiques industrielles et agricoles, des axes routiers très fréquentés. 60% de cette pollution en moyenne serait d’origine régionale, y compris transfrontalière, 40% est d’origine locale.

Le plan de Protection de l’atmosphère de l’agglomération de Strasbourg adopté en 2014 présente un diagnostic complet. Il a été l’occasion de faire des simulations sur les actions possibles pour réduire significativement le risque. Il apparaît d’ailleurs que la seule action efficace est celle qui porte sur la limitation du trafic routier.

Agir sur l’A35

L’axe majeur générant cette pollution est l’A35 (la Route du Rhin également, dans une moindre mesure), pour les particules et pour le dioxyde d’azote (NO2). Les ralentissements et redémarrages accentuent l’impact de la masse de trafic.

carte de la pollution autour de strasbourg
concentration de NO2 année 2011 à Strasbourg

On constate que seule l’action sur le trafic routier amène une baisse significative sur les particules. (PM10 et sur le NO2 : Voir p108 à 111 du PPA – références ci-dessus). Et 20% de baisse sur le trafic de l’A35, correspondent en semaine à environ 40000 véhicules/jour.

Ces dernières années les situations de pointe ont été moins nombreuses.  Car les équipements de chauffage et le parc de véhicules ont de meilleures performances et surtout en raison des conditions météo. L’hiver 2017  pourrait marquer un retour en arrière avec une longue phase anticyclonique.

Les professions de santé ont contribué à une prise de conscience des  risques sanitaires, en effet, ceux-ci ne peuvent plus être occultés. Voir Strasbourg Respire. Un élément déterminant est le nombre d’habitants impactés par un taux trop élevé de  pollution de l’air selon les normes de l’UE. Ce nombre a bien décru entre 2009 et 2012.

graphique des populations exposée à des dépassements de la valeur limite
Source: enquête publique du Plan de Protecion de l’Atmosphère Strasbourg

L’étude Aphekom a démontré que la pollution de l’air exerçait des effets délétères y compris en dessous des normes de l’UE. Les normes OMS sont plus sévères.

Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air
mise à jour mondiale 2005

Il est indispensable de prendre  à court terme des mesures de limitation de la circulation sur cet axe en cas de pointe de pollution, et à moyen terme de mettre en place la stratégie d’ensemble sur l’agglomération.