Le trafic sur l’A35 aujourd’hui autour de Strasbourg

Quelles sont les chiffres actuels du trafic A35 entre la Vigie et l’échangeur de Reischstett? Quelles sont les composantes de ce trafic A35, et quelle est leur évolution prévisible? L’objectif, à partir de ces données, est de voir comment en retirer 40 000 véhicules/jour.

Trafic A35 à hauteur de l’Eurométropole de Strasbourg, composantes et perspectives

Le trafic A35 s’établit en moyenne journalière annuelle à environ 163 000 véhicules/jour. En jour de pointe, en semaine, hors vacances scolaires et hors mercredis, le trafic monte à 180 000 voire exceptionnellement 200 000 véhicules/jour, au comptage de la bretelle de Cronenbourg. Ce trafic s’écoule sur 2X3 voies, avec des sections à 2X2 voies,  alors que le périphérique parisien a une moyenne journalière de 270 000 véhicules/jour sur 2X4 voies (données datées de 2005…)

Les poids lourds

En jour ouvrable environ 16500 poids lourds/jour ouvrable(PL : + de 3,5t) sont comptés à Cronenbourg, dont 2000 PL étrangers transfuges de la rive droite du Rhin

Origines/destinations des véhicules

Sur l‘ensemble du trafic, on considère que: (rapport du CGEDD)

  • 40% est du trafic est interne à l’agglomération de Strasbourg (origine et destination dans les quartiers ou les communes proches),
  • 40% est du trafic d’échange, il a pour origine ou pour destination l’agglomération de Strasbourg
  • 20% est du trafic de transit, c’est-à-dire qu’il entre soit par la Vigie, soit par l’échangeur de Reichstett et ressort par l’un de ces échangeurs sans sortir de l’autoroute.

A35, « périphérique » de Strasbourg

Le trafic interne à l’agglomération est une caractéristique particulière à Strasbourg : depuis la mise en place du plan de circulation du centre-ville en 1994, l’autoroute sert de « périphérique » à la ville, pour aller du quartier gare à la Robertsau, du Wacken à Neudorf, de la Meinau à Schiltigheim etc…De plus, le nombre important d’échangeurs entre celui d’Illkirch Baggersee  et les échangeurs de Schiltigheim et Bischheim contribue à renforcer cette  fonction de périphérique interne.

Cette situation génère les encombrements « inverses » du soir : toutes les grandes villes ont des encombrements en entrée de ville le matin, et en sortie de ville le soir. A Strasbourg, s’ajoutent des encombrements le soir en entrée de ville les trafics de transit et d’échange entrant viennent buter sur le trafic interne (accru en fin de journée) sur la section centrale entre la Porte de Schirmeck et la Place de Haguenau. Les encombrements remontent alors vers le nord et le sud. (voir lien ci-dessus, rapport du CGEDD)

Le rôle des migrations domicile-travail

Les encombrements courants sont générés pour l’essentiel par les migrations domicile-travail (voir l’enquête ménages-déplacements). Mais la charge totale de trafic est telle que chaque incident, y compris la pluie, même hors heures de pointe, génère des encombrements. Il n’y a plus de prévision possible du temps de trajet.

Les entreprises

37% de ces trafics sont liés à l’activité des entreprises (données DREAL 2014). PL,  VUL (camionnettes), VL des entreprises.

Evolution du trafic

L’évolution globale du trafic est limitée : faible croissance ces dernières années, sans encore retrouver les chiffres de 2009- mais on s’en rapproche. Le trafic des entreprises croit au même rythme que le développement économique. Notamment la part des PL augmente à nouveau un peu chaque année. Le trafic VL des particuliers augmente peu, du fait de l’accroissement de l’usage d’autres modes de transport. Pourtant le trafic augmente au delà sur l’axe N/S alsacien (+ 22% entre 2009 et 2015 au comptage de Saint-Pierre!)

Un objectif

Dans ce trafic sur l’A35 dans Strasbourg, il faudra extraire 40 000 véhicules/jour lors de la mise en service du GCO pour atteindre un objectif de fluidité sur A35 (estimation DREAL/CGEDD) et une réduction de la pollution de l’air pour respecter les normes européennes.