Pollution de l’air : des messages confus

CO2, NO2, particules, ozone, benzène, SO2…: la confusion règne entre lutte contre le réchauffement climatique et pollution de l’air nuisible à la santé. Un peu de clarté avant d’en venir à la situation à Strasbourg. Et si les vignettes Crit’Air ne s’appliquent pas à l’A35, ça sert à quoi?

Deux enjeux d’environnement différents : le réchauffement climatique global et la pollution de l’air présentant un risque sanitaire

Le réchauffement climatique est notamment causé par la production de CO2 due à la combustion des sources d’énergie fossiles, pétrole, charbon, gaz. Les effets sont mondiaux, même si les sources sont forcément locales. A ces taux d’émission, le CO2 n’est pas nuisible pour la santé (et ne pas le confondre avec le CO, monoxyde de carbone, qui est un poison majeur).

La pollution de l’air par les particules, le dioxyde d’azote NO2, le dioxyde de soufre SO2, les métaux lourds, mais aussi le benzène et d’autres molécules complexes (pesticides et autres) a un impact direct sur la santé des habitants à l’échelle locale ou régionale.

Cette distinction n’est pas théorique. Elle se traduit dans la fiscalité et la réglementation. Le Grenelle de l’Environnement avait mis l’accent sur la lutte contre le réchauffement climatique. La taxe carbone des voitures neuves est fonction de leur production de CO2. Ainsi les diesels qui consomment moins de carburants sont logiquement moins taxés.

pollution de l'air : photo des vignettes de grises à vertes

La pollution de l’air émise par les véhicules, les installations de chauffage, les activités économiques et l’agriculture concernent d’autres émissions que le CO2. Pour les véhicules, les catégories sont fondées sur le niveau d’émission de ces polluants dangereux. (voir vignettes grises à vertes) Elle sont en conformité avec les normes Euro. C’est ainsi que les diesels sont dans ce cadre plus polluants que les véhicules à essence. Pour le chauffage, le gaz émet beaucoup moins de polluants dangereux pour la santé que les chauffages au fuel et au bois. Alors que dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, le chauffage au bois est considéré comme vertueux. C’est une énergie renouvelable !

Les politiques publiques doivent combiner ces deux approches, ce qui n’est pas toujours simple pour le citoyen….et pour la presse qui fait parfois dans la confusion.

Compte tenu de longues phases de taux de pollution élevé en janvier 2017, l’Eurométropole a fait part de sa décision de mettre en place à partir de l’automne 2017 un accès au centre ville en fonction des vignettes Crit’Air en cas d’épisode de pollution. Mais le plus ahurissant est qu’on ne peut annoncer en février 2017 si l’A35 sera concernée par cette mesure! Certes l’A35 relève de l’Etat, lequel n’a visiblement pas encore réagi sur le sujet, alors que c’est bien l’Etat qui impose les mesures à prendre dans le Plan de Protection de l’Atmosphère. Pourtant  l’émetteur de pollution majeur est bien l’A35