GCO: José Bové à Kolbsheim

José Bové se permet d’annoncer sur FR3 Alsace hier soir  que Nicolas Hulot va décréter un moratoire sur le GCO. Le site des DNA corrige en signalant que le cabinet du ministre dément toute décision et tout contact avec José Bové.

« GCO non merci » a pris ses désirs pour des réalités

On avait compris que LREM, c’était une autre manière de faire de la politique. On peut rappeler le mode de fonctionnement de François Hollande qui retire le projet de GCO en mai 2012 pour récolter quelques voix d’EELV aux législatives qui suivaient. Et deux ans plus tard, Ségolène Royal provoque un  désastre budgétaire et écologique en supprimant l’écotaxe face à quelques bonnets rouges. On a pu voir les résultats électoraux de ce type de politique aux dernières présidentielles, aussi bien du côté du PS que d’EELV laminés dans les urnes

Emmanuel Macron, pour lequel Strasbourg et sa région, et notamment le Kochersberg, a massivement voté ne fonctionne pas, en principe, comme ses prédécesseurs : il ne devrait plus être question de décider sans connaitre le dossier et ni peser les conséquences des décisions. Et on aurait  du mal à croire que Nicolas Hulot dont EELV n’a pas voulu aux précédentes présidentielles accepte que l’un d’eux s’exprime en son nom et entre dans le sectarisme inculte auquel on a droit de la part de certains opposants au GCO. Et là ce ne sont pas habitants ou les maires directement impactés par le projet qui sont visés, tout le monde comprend leur opposition et leur souhait de limiter les nuisances. Mais les quelques « intellectuels »strasbourgeois venus soutenir les « paysans » du Kochersberg en brandissant l’effigie du hamster, car l’effigie c’est tout ce qui reste des hamsters sauvages dans ce secteur.

Pollution par les particules PM 10 dans la vallée du Rhin. Source; Plan de Protection de l’atmosphère de l’agglomération strasbourgeoise 2014

 

José Bové, comme quelques uns de ses followers ne connait pas le sujet et répète ce qu’on lui a vendu : oui la question des camions en transit est un sujet à traiter, éventuellement par une taxe poids lourds (mais le péage du GCO est lui-même une taxe). Non ces poids lourds étrangers en transit ne sont pas la principale raison de réaliser le GCO : ils sont 2000 sur 16000 poids lourds à hauteur de Strasbourg en semaine. Et les 160 à 180 000 autres véhicules qui empruntent l’A35 et empoisonnent 100 à 150 000 habitants ne paieront pas la taxe poids lourd et continueront à circuler.

Le populisme des cabanes

Il n’ya pas de solution simpliste à ce dossier. Le GCO n’est pas la solution, c’est la condition pour enclencher un dispositif complexe et vertueux qui nécessite l’implication de l’Etat et des collectivités. Et ceux qui prétendent le contraire font œuvre de populisme. Les raisonnements simplistes, on sort d’en prendre pendant la campagne des présidentielles. On espère que cette page est tournée.