Écotaxe et Grand Contournement Ouest de Strasbourg

Le gouvernement a renoncé à mettre en œuvre l’ écotaxe. Il est probable que les camions étrangers seraient moins nombreux sur l’axe nord-sud alsacien si l’écotaxe avait été instaurée. Aujourd’hui certains acteurs imaginent  que l’écotaxe aurait permis de ne pas réaliser le GCO, et y croient encore… 

 

Est-ce que la mise en œuvre de l’ écotaxe permettrait de ne pas réaliser le GCO ?

 

Évoquer la mise en place d’une écotaxe régionale pour éviter de réaliser le GCO relève de la politique fiction et ne résiste pas aux données de trafic. En effet, décourager les 2000 camions étrangers issus de la LKW Maut sur les 16500 qui empruntent aujourd’hui l’A35  n’aurait pas un impact suffisant. Il resterait  tout de même 4500 PL en transit (voir l’article sur le trafic PL): régionaux surtout et longue distance sur les trajets Grand-Bretagne ou Belgique, ou Ile de France vers l’Italie. Les  PL de la Maut , pour certains d’entre eux, ont aussi trouvé une clientèle pour leur fret retour. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à faire du cabotage. Ils continuent à passer par l’Alsace, alors que le prix du diesel à quasiment rejoint le prix en Allemagne. Par ailleurs, tant qu’à payer, autant faire le trajet le plus court (par l’Alsace), avec des  aires de repos accueillantes.

Il faut rappeler que ce sont 40 000 véhicules/jour qu’il faut « sortir » de l’A35  pour parvenir à limiter la pollution de l’air et retrouver une (relative) fluidité du trafic, et ce sont donc de l’ordre de 20 000 à 25 000 véhicules qui emprunteront le GCO dont 6500PL.

L’abandon de l’écotaxe est un désastre

L’ écotaxe régionale est un concept  développé par Yves Bur, député du Bas-Rhin,  en réponse à la mise en œuvre de la LKW Maut du côté allemand. Le projet d’ écotaxe en France, dans sa première version avait été accepté par les acteurs alsaciens du transport. Une seconde version (réduite) fut ensuite développée par l’Etat en réponse à des protestations. Celle-ci avait en revanche été considérée comme pénalisante et mal conçue par les mêmes acteurs. L’annulation pure et simple du projet par le Gouvernement en octobre 2014 sous la pression des manifestants bretons et des transporteurs est un désastre à tous égards en termes de gaspillage d’argent public et de légèreté dans la gestion d’une politique publique.

Au regard des chiffres de trafic,la mise en œuvre de l’écotaxe ne permettrait en  aucun cas d’éviter de  réaliser le contournement. Il n’en reste pas moins que la mise en œuvre d’une écotaxe première manière resterait pertinente.  Faire payer la route aux usagers qui la dégradent le plus  semble pourtant de bon sens. Mais sur tout le territoire national et pour les PL de plus de 7T ou 6,5T (système allemand) car l’appliquer dès 3,5T 3,5T pénalisent trop fortement l’activité économique locale. Et la relance d’un projet d’écotaxe régionale (à l’échelle du Grand Est) n’est qu’un brouillard de plus qui pénaliserait l’économie d’une territoire globalement peu dynamique. On imagine les réactions en Lorraine où les collectivités ont massivement misé sur la logistique…

Autant la mise en place de la « taxe Bur » avait un sens en 2005, autant s’accrocher aujourd’hui à la mise en place de l’ écotaxe pour ne pas réaliser le GCO est une « Schnaps Idee ».